Archives par étiquette : genre

AFROTRANS

Couverture de l’ouvrage. Source : catalogue de la BNF.

Au début de l’année 2021 est sorti l’ouvrage collectif AFROTRANS. 14 personnes trans noires vivant en France prennent la parole sous des formats très divers – poésie, fictions, essais, entretiens – sur le quotidien et les enjeux politiques de leurs vies, au croisement d’enjeux de race et de transidentités. Si les personnes trans et noires bénéficient d’une forme de visibilité dans le débat public et la recherche anglophone, ce n’est pas le cas en France : cet ouvrage, agréable à lire, émouvant, passionnant, nous offre un point de vue riche et détaillé sur de très nombreux enjeux politiques contemporains. Surveillance et sécurité, corps et exotisation, parentalité, sexe, violences, familles, émancipation collective, exil… surtout, ses auteurs-rices y vont avec les tripes, ne manquant pas de partager une énergie communicative.

Une interview passionnante de Michaëla Danjé, la directrice de l’ouvrage, nous renseigne sur le projet politique qui sous-tend cette collaboration.

Il s’agit aussi de nous affranchir des clichés, de la « spectacularisation », des perspectives axées sur la représentation médiatique, et de nous extraire de l’exotisme afin d’assumer une perspective radicalement noire. Notre ouvrage se veut un recueil de voix trans noires qui s’adressent aux communautés noires, avant tout.

Interview de Michaëla Danjé, directrice de publication, par Gusoma.

Un épisode du podcast The Funambulist en anglais, permet d’en savoir encore plus sur le sens de ce projet. En particulier, Michaëla Dandjé développe sa volonté de proposer une représentation positive des personnes trans et noires en dehors des médias dominants. La publication de ces textes, par et pour les personnes noires, est une manière de remettre en question l’idée répandue selon laquelle un groupe, pour bénéficier de bonnes conditions de vie, doit jouir d’une représentation médiatique dans les médias grand-public. Les auteurs-rices font le choix ici de réserver leur voix avant tout à leurs communautés et tentent, en se réappropriant l’image qui est donnée d’eux, de dresser un portrait plus sincère, plus riche et plus politique que lorsque leur discours est rapporté.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui est à la fois l’expression directe de personnes concernées et peu écoutées, et un pas de côté comparé aux productions autobiographiques habituelles sur les personnes trans. Malgré leurs qualités artistiques, j’ai trouvé les dernières sorties décevantes sur le plan politique : des hommes blancs, bourgeois, mettent en scène des trajectoires extrêmement privilégiées. Cela ne gêne pas la lecture ou le visionnage des œuvres mais la récente prolifération de tels témoignages leur donne un soupçon d’universalisme. Les auteurs-rices d’AFROTRANS proposent un véritable renouveau, en plaçant la politique au cœur d’un ouvrage intimiste et, en quelque sorte, multi-biographique. C’est ce subtil mélange d’émotions et de justesse dans l’analyse qui fait leur force de frappe.

Pour crâner sur la plage dès cet été, vous pouvez commander le livre ici ou dans toute librairie sérieuse.