Méthodo-topo #2 – Qui sont les non-binaires ? (qui répondent aux enquêtes par questionnaire)

Avant les vacances de la Toussaint, deux étudiants sont venus me voir à la fin d’un cours de géographie sociale pour me demander pourquoi les auteurs des documents que nous étudions ne pensaient jamais à inclure une catégorie de genre “non-binaire” dans leurs statistiques genrées. J’ai d’abord pensé à quelques réponses d’ordre pratique : les documents datent souvent d’époques bien antérieures à l’apparition de la non-binarité, du moins nommée comme telle, dans la sphère publique ; si les tableaux statistiques visent à montrer des inégalités entre les hommes et les femmes, la mention d’une catégorie tierce viendrait perturber la lecture sans apporter de réponse à la question posée… Je propose aujourd’hui d’apporter quelques éléments de réponse plus construits.

Quid des non-binaires ?

La question des personnes non-binaires m’est systématiquement posée en colloque : “vous avez beaucoup parlé des hommes et des femmes trans, mais quid des non-binaires ?” En effet, malgré une réelle prise en compte de l’existence de personnes se déclarant non-binaires du début à la fin de mes travaux sur les personnes trans, je n’ai jamais proposé de résultat dans lequel le recours à la catégorie des non-binaires me semblait probant. Si les personnes non-binaires ont bien droit de cité dans mon travail, les mentions de leur non-binarité se limitent souvent aux pronoms que j’utilise pour les désigner. Les caractéristiques socio-économiques mises en avant dans les résultats de ma recherche sont systématiquement d’une autre nature : la classe sociale, la position dans les rapports de race ou l’ensemble des éléments relatifs au genre (expression de genre, trajectoire sociale de changement de sexe, socialisation(s) genrées, etc.) ont toujours plus d’influence sur le rapport aux espaces publics que la seule identification à la catégorie “non-binaire”. C’est en tout cas la réponse que j’apporte systématiquement lorsque, à la fin d’un article ou d’une présentation, je n’ai pas mentionné une seule fois la potentielle non-binarité des participant-e-s, alors que 25% d’entre elles/eux se déclarent non-binaires.

Alors, quid des non-binaires ? A partir d’une enquête par questionnaire créée et diffusée en 2017 par l’association FéminiCités portant sur le vécu des personnes trans dans les transports en commun en France[1], je propose d’abord de tenter de comprendre qui sont les personnes qui se disent non-binaires (et qui répondent aux enquêtes par questionnaire). Cela permettra de ré-examiner la question de départ : quelle est la pertinence de l’exploitation de la catégorie “non-binaire” dans une enquête en sciences sociales ?

Qui sont les non-binaires ?

Les personnes se déclarant avant tout comme non-binaires se distinguent des autres personnes trans dans les résultats de l’enquête “Trans et transports”. D’abord, les non-binaires[2] sont sensiblement plus parisien-ne-s que les autres répondant-e-s : près de 33% d’entre elles-eux vivent à Paris et en petite couronne. C’est aussi la catégorie la moins représentée en région (59,7% pour une moyenne de 62,6%) et sous-représentée en grande couronne (7,5% pour 8,7%).

Lieu d’habitation des répondant-e-s en fonction du genre déclaré, enquête Trans et Transports, FéminiCités, 2017
Grande couronne Paris et petite couronne Region (rural a metropole) Total
FTM 5.2 31.2 63.6 100
MTF 12.8 23.3 64.0 100
NB 7.5 32.8 59.7 100
Ensemble 8.7 28.7 62.6 100

Les non-binaires apparaissent également comme sensiblement plus blanc-he-s que les autres répondant-e-s : iels sont à la fois les plus souvent perçu-e-s comme blanc-he-s (88,2% d’entre elleux déclarent être toujours perçu-e-s comme blanc-he-s, pour une moyenne de 85,8% des répondant-e-s) et les moins rarement perçus comme non-blanc-he-s (1,5% d’entre elleux ne sont jamais perçu-e-s comme blanc-he-s, pour une moyenne de 3,4% des répondant-e-s).

Genre et white-passing, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017.
Etes-vous toujours perçu-e comme blanc-he ? Jamais La plupart du temps Oui, toujours Parfois Total
FTM 2.5 9.9 86.4 1.2 100
MTF 6.0 9.5 83.3 1.2 100
NB 1.5 7.4 88.2 2.9 100
Ensemble 3.4 9.0 85.8 1.7 100

Si les étudiant-e-s forment la catégorie socio-professionnelle la plus représentée de l’enquête (43,4% des répondant-e-s), la proportion d’étudiant-e-s parmi les non-binaires est largement supérieure aux autres personnes trans : 61,4% des répondant-e-s non-binaires sont étudiant-e-s. Ces éléments vont dans le sens des travaux de Cha Prieur, qui a montré que les personnes se déclarant queer se distinguaient par leur appartenance à une bourgeoisie intellectuelle parisienne, avant tout définie par son capital culturel et notamment scolaire. Toutefois, l’existence d’une catégorie “étudiant-e” induit un biais important lié à l’âge des participant-e-s, puisque se fondent en elle des individus aux (futures) CSP très différentes. On peut supposer par exemple que les 16,7% de femmes trans cadres sont passées par plusieurs années d’études, bien qu’elles ne soient pas comptabilisées comme étudiantes, et qu’en miroir les non-binaires, sous-représentés dans toutes les autres catégories socio-professionnelles, aspirent à les rejoindre à la fin de leurs études.

Catégorie socio-professionnelle des répondant-e-s en fonction du genre, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
FTM MTF NB Ensemble
Agriculteur/rice exploitant-e 1.3 0.0 0.0 0.4
Artisan, commerçant-e et chef-fe d’entreprise 0.0 2.4 0.0 0.9
Cadre et professions intellectuelles supérieures 6.5 16.7 1.5 8.8
Employé-e 10.4 17.9 9.0 12.7
Etudiant-e 50.6 22.6 61.2 43.4
Je ne sais pas 10.4 4.8 10.4 8.3
Ouvrier-e 2.6 3.6 0.0 2.2
Professions intermédiaires 1.3 7.1 0.0 3.1
Sans activité professionnelle 16.9 25.0 17.9 20.2
Total 100.0 100.0 100.0 100.0

En se penchant sur l’âge des répondant-e-s, on observe en effet que les non-binaires forment la catégorie à la fois la plus jeune (âge moyen de 21,8 ans) et la plus homogène du point de vue de l’âge. Les boîtes à moustaches ci-dessous permettent en effet de comparer la répartition des FTM, MTF et NB en fonction de l’âge. Sur le graphique, une “boîte” représente, pour une catégorie de genre, les 50% d’individus dont l’âge se situe autour de la médiane. Cela permet de voir si une série est très étendue (les individus ont des âges variés) ou pas (les individus ont des âges très proches). La “boîte” et les “moustaches” des non-binaires sont très centrées autour de la médiane (le gros trait noir au milieu) : cela signifie que les âges des répondant-e-s non-binaires sont particulièrement concentrés autour de la vingtaine, les trois individus entre 30 et 35 ans ayant des âges considérés comme “extrêmes” par rapport aux autres (sur le graphique, ce sont les gros points noirs). Ces résultats rejoignent les travaux d’Emmanuel Beaubatie, qui a montré que les non-binaires se distinguaient des autres personnes trans notamment par leur âge et leur capital scolaire.

Age des répondant-e-s en fonction du genre, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017.

Toutefois, la lecture de la catégorie “NA”, qui correspond en fait aux 13 personnes qui n’ont coché ni “FTM”, ni “MTF”, ni “je me définis avant tout comme non-binaire” dans les catégories de genre proposées dans le questionnaire, permet d’aller encore plus loin : il existe une différence importante d’âge entre les personnes qui ont coché la case “non-binaire” et qui se reconnaissent dans ce terme et celles qui ne se reconnaissent ni comme des femmes trans, ni comme des hommes trans… ni comme non-binaires. Ces personnes refusent de se référer aux catégories traditionnelles de genre sans pour autant s’identifier comme non-binaires. On peut donc supposer que le recours à la catégorie de genre “non-binaire” dans une enquête en sciences sociales n’est pas nécessairement synonyme d’un rejet de la binarité de genre. Plus encore, parmi les personnes que l’on pourrait qualifier de “non-binaires” – c’est-à-dire celles qui ne s’identifient ni aux hommes, ni aux femmes -, celles qui adoptent le terme sont sensiblement plus jeunes que les autres.

Cela me pousse à penser qu’il existe des personnes trans qui ne se reconnaissent pas dans les catégories de genre traditionnelles de tout âge et dans des milieux sociaux diversifiés. Les vécus de ces dernières pourraient être en partie invisibilisés par le recours à la catégorie “non-binaire” dans les recherches sur les trans. En effet, plus que de décrire une non-conformité aux normes de genre ou une absence de reconnaissance dans les catégories de genre traditionnelles, la catégorie “non-binaires” semble avant tout regrouper des pairs selon des critères d’âge et de classe sociale. Pour confirmer cela, il est possible de comparer les conditions d’existence des personnes trans dans les espaces publics selon la catégorie de genre revendiquée.

Faut-il exploiter la catégorie “non-binaires” dans une enquête sur les trans ?

Lorsque l’on compare la survenance d’une ou plusieurs agressions sexuelles dans les transports par catégorie de genre, il apparait qu’une plus grande part de femmes trans a été exposée à des violences sexuelles dans les six mois précédant l’enquête (37,5%) que pour l’ensemble des répondant-e-s (32%). Un tableau tel que celui présenté ci-dessous peut donner envie d’expliquer l’exposition aux violences sexuelles directement par le genre déclaré : si les hommes sont les moins touchés, que les femmes sont les plus touchées, et que l’exposition des personnes non-binaires se situe entre les deux, alors la non-binarité doit exposer un peu moins que les femmes et un peu plus que les hommes aux violences sexistes.

Genre et exposition aux agressions sexuelles, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
Agressions sexuelles déclarées dans les 6 mois Non Oui Total
FTM 73.1 26.9 100
MTF 62.5 37.5 100
NB 68.7 31.3 100
Ensemble 68.0 32.0 100

Le même tableau rapporté au passing, c’est à dire à la manière dont la personne est perçue par des inconnu-e-s, est éloquent sur cette erreur : la part de personnes ayant vécu une agression sexuelle récente est considérablement moindre (9,5% pour une moyenne de 31,4%) parmi celles qui sont exclusivement genrées au masculin par des inconnus, c’est-à-dire qui sont exclusivement perçues comme des hommes. Au contraire, la part de personnes ayant été exposées à des violences sexuelles oscille autour de la moyenne dès lors que la personne est genrée, au moins de temps en temps, au féminin.

Passing et exposition aux agressions sexuelles, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
Agression(s) sexuelle(s) déclarée(s) dans les 6 mois Non Oui Total
Autant le féminin que le masculin, ou bien évitent de vous genrer 64.1 35.9 100
Cela dépend de mes choix vestimentaires 62.1 37.9 100
Exclusivement le féminin 67.9 32.1 100
Exclusivement le masculin 90.5 9.5 100
Majoritairement le féminin 66.0 34.0 100
Majoritairement le masculin 71.1 28.9 100
Ensemble 68.6 31.4 100

Cet exemple doit nous permettre de remettre la catégorie “non-binaire” en perspective avec les très multiples réalités qu’elle recoupe, en particulier en termes de vécu genré des espaces publics. Le tableau ci-dessous montre par exemple que les personnes non-binaires sont, parmi les personnes trans, celles dont les passings sont les plus divers : contrairement aux MTF et FTM qui sont plus fortement concerné-e-s par certains passings, les non-binaires sont concerné-e-s par des situations très variées. On peut supposer que leurs conditions d’existence sont disparates, notamment en termes de genre. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les non-binaires sont moins perçu-e-s en dehors de la binarité que les FTM et les MTF : iels ne représentent que 25% des personnes genrées autant au féminin qu’au masculin. L’identification à la catégorie non-binaire ne semble donc pas particulièrement présager d’une non-conformité aux normes de genre liées à l’apparence – en tout cas pas d’avantage qu’un changement de genre.

Passing et genre déclaré, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
FTM MTF NB Total
Autant le féminin que le masculin, ou bien évitent de vous genrer 40.0 35.0 25.0 100
Cela dépend de mes choix vestimentaires 21.4 42.9 35.7 100
Exclusivement le féminin 11.5 59.6 28.8 100
Exclusivement le masculin 77.3 13.6 9.1 100
Majoritairement le féminin 29.1 27.3 43.6 100
Majoritairement le masculin 51.2 30.2 18.6 100
Ensemble 34.6 36.7 28.7 100

La disparité du rapport au genre parmi les personnes qui se déclarent non-binaires me pousse à hésiter à mobiliser cette catégorie dans les résultats de mes recherches. L’exploitation de la catégorie “non-binaire” en tant que telle semble risquée, tant cela pousse à interpréter des faits selon un rapport artificiel au genre, puisque l’étiquette regroupe en réalité des vécus très diversifiés… tout en effaçant l’homogénéité sociale et d’âge du groupe des non-binaires.

Alors, qui sont les non-binaires ? Au regard de l’enquête “Trans et transports”, on peut penser que les personnes qui se déclarent avant tout non-binaires dans les enquêtes en sciences sociales sont majoritairement de jeunes étudiant-e-s. Iels ne représentent pas l’ensemble des personnes qui ne se reconnaissent pas dans les groupes des “FTM” et “MTF”, mais plutôt celles qui s’approprient ce vocabulaire militant. Surtout, leurs conditions d’existence au regard des normes de genre et des expériences qui en découlent (sexisme, violences sexistes et sexuelles, etc.) semblent particulièrement diverses. Cette grande diversité de vécus, face à l’homogénéité sociale du groupe, me pousse à me méfier de la naturalisation de cette catégorie.

[1] Les données qui ont permis de réaliser les tableaux et graphiques de cet article sont issues de l’enquête “Trans et transports”, menée en 2017 par un groupe de travail rassemblé par l’association FéminiCités. Le questionnaire, portant sur le vécu des personnes trans dans les transports en commun en France, a été diffusé par le biais d’une vingtaine d’associations LGBTI, des moyens de communication propres de l’association et des groupes d’auto-support trans en ligne. Il rassemble 253 réponses. Le mode de passation induit nécessairement des biais de recrutement, visant en priorité les personnes trans actives dans des réseaux d’auto-support associatifs ou réels.

[2] Parmi les 253 répondant-e-s, 83 se déclarent FTM, 88 se déclarent MTF et 69 se déclarent avant tout non-binaires. Les répondant-e-s pouvaient cocher plusieurs cases : je mets en valeur ici dans la catégorie “non-binaire” les réponses des personnes qui n’ont coché que la case “non-binaire”. 13 personnes n’ont coché aucune des trois cases tout en répondant sérieusement au reste du questionnaire.

Méthodo-topo #1 – A propos des données sur les trans

Un billet bref, partial, sur l’enjeu complexe de l’accessibilité des données des enquêtes portant sur les personnes trans.

L’accès aux données sur les trans est un sujet sensible. Les données sur les personnes trans sont très rares : elles intéressent peu les acteurs publics et la recherche, sont difficiles à collecter et le travail de création des données est rarement financé. Surtout, la mise à disposition publique des données sur les personnes trans pose problème. Ce sont d’abord des données hautement sensibles, qui concernent plusieurs aspects de la vie privée des personnes interrogées. Mais ce sont également des données portant sur une population réduite, ce qui rend les répondant-e-s particulièrement identifiables. Il n’existe donc pas ou presque pas de base de données libre à l’exploitation, adressée aux chercheurs-ses, aux associations ou aux acteurs publics, permettant une meilleure connaissance des conditions de vie de ces populations.

Cette absence de données pose plusieurs problèmes. D’abord, cela contribue à provoquer une surcharge des communautés de sollicitations de journalistes et chercheurs-ses : chaque personne qui enquête sur les vécus trans doit produire ses propres données. Cette situation, que l’on peut qualifier de “sur-étude”, est documentée par les associations (comme OUTrans), les blogueurs-ses (comme celle-ci), les chercheurs-ses (comme dans la méthodologie de la thèse d’Emmanuel Beaubatie et dans celle de Cha Prieur) et une multitude de groupes de personnes trans. Ensuite, cela contribue à priver les communautés trans des retombées potentiellement positives des savoirs sur les trans : les résultats des études ne sont pas toujours transmis aux communautés et malgré la grande diversité des questions traitées par les données, seules celles qui intéressent les enquêteurs-rices sont rendues publiques. Une divergence d’intérêt entre l’enquêteur-rice et les communautés trans conduit, à terme, à cette situation où les populations trans, dépossédées des données qui les concernent, sont à la fois caractérisées par une surcharge de sollicitation à participer à des enquêtes… et de grandes lacunes dans les savoirs portant sur les personnes trans.

Un exemple particulièrement frappant des enjeux sous-tendus par la possession des données sur les trans et leur libre mise à disposition est celui du National LGBT Survey, financé par le gouvernement du Royaume-Uni et portant sur les conditions de vie des personnes LGBTI au Royaume-Uni. Cette enquête de grande ampleur est constitué d’un échantillon exceptionnellement grand : 14000 personnes trans y ont répondu. Un data viewer permet de visualiser des résultats agrégés : on peut connaître, pour chaque question, les réponses de chaque sous-groupe en fonction de caractéristiques socio-économiques. C’est déjà très utile et une grande avancée dans la connaissance des conditions de vie des personnes trans. Le graphique suivant en est un exemple parmi de très nombreux : les données permettent de comparer, entre les femmes trans, les hommes trans et les personnes se déclarant avant-tout non-binaires, la manière dont ces dernières se sentent en tant que personne LGBT britannique. Cela est déjà très intéressant : on peut par exemple constater que les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes et les personnes non-binaires à se sentir “pas confortables du tout” en tant que personne LGBT dans leur pays de résidence.

Graphique portant sur le confort de vie des femmes trans, hommes trans et personnes non-binaires au Royaume-Uni.
Confort de vie en tant que personne LGBT au Royaume-Uni, données issues du National LGBT Survey (2017) – Traduction du graphique en fin d’article

Cette mise à disposition des données sous un format agrégé par petits groupes (suivant le genre, la catégorie socio-professionnelle, la région de résidence, etc.) est absolument nécessaire à l’anonymisation de ces données hautement sensibles. Cela permet notamment de rendre impossible l’identification d’une personne en particulier.

Pourtant, le data viewer présente une limite très contraignante, qui l’empêche à mes yeux de se montrer à la hauteur des enjeux soulevés par les nombreuses formes que prend la transphobie. En ne permettant pas de croiser différentes questions les unes avec les autres, il ne permet pas de mesurer la responsabilité des services publics et des administrations dans le bien-être – ou le mal-être – des personnes trans britanniques. Pour reprendre l’exemple précédent, il est impossible de croiser le sentiment de bien-être général des répondant-e-s avec, par exemple, leur facilité à accéder aux soins et à une transition médicale, à un changement d’identité ou encore avec l’aide reçue – ou non – de la part des services de police lors d’une potentielle agression ou, de manière générale, d’autres services sensés protéger de la transphobie. De la même manière, on ne peut pas savoir si un accès facilité à une transition médicale et administrative améliore l’accès des personnes trans à l’emploi, leurs relations avec leurs proches et, de manière générale, leurs conditions matérielles d’existence. Comment dès-lors penser que les données mises à disposition sont à la hauteur des enjeux soulevés par les discriminations institutionnelles rencontrées par les communautés ?

Cet exemple pour montrer que les enjeux de la mise à disposition des données sur les personnes trans sont complexes et multiples. Les divergences d’intérêt entre communautés et enquêteurs-rices posent question : était-il dans l’intérêt du gouvernement du Royaume-Uni, par exemple, de permettre de mesurer l’impact nécessairement délétère sur les conditions de vie des personnes trans de dizaines d’années de coupes budgétaires dans la santé publique ? La maîtrise, par les enquêteurs-rices, de la façon dont les données sont mises à disposition, est un enjeu méconnu mais vital de la (re)mise à disposition des données sur les trans pour les trans.


Traduction du graphique :

Graphique traduit en français sur le sentiment de bien-être des personnes trans en fonction de leur genre.
Graphique en français, traduction personnelle.

AFROTRANS

Couverture de l’ouvrage. Source : catalogue de la BNF.

Au début de l’année 2021 est sorti l’ouvrage collectif AFROTRANS. 14 personnes trans noires vivant en France prennent la parole sous des formats très divers – poésie, fictions, essais, entretiens – sur le quotidien et les enjeux politiques de leurs vies, au croisement d’enjeux de race et de transidentités. Si les personnes trans et noires bénéficient d’une forme de visibilité dans le débat public et la recherche anglophone, ce n’est pas le cas en France : cet ouvrage, agréable à lire, émouvant, passionnant, nous offre un point de vue riche et détaillé sur de très nombreux enjeux politiques contemporains. Surveillance et sécurité, corps et exotisation, parentalité, sexe, violences, familles, émancipation collective, exil… surtout, ses auteurs-rices y vont avec les tripes, ne manquant pas de partager une énergie communicative.

Une interview passionnante de Michaëla Danjé, la directrice de l’ouvrage, nous renseigne sur le projet politique qui sous-tend cette collaboration.

Il s’agit aussi de nous affranchir des clichés, de la « spectacularisation », des perspectives axées sur la représentation médiatique, et de nous extraire de l’exotisme afin d’assumer une perspective radicalement noire. Notre ouvrage se veut un recueil de voix trans noires qui s’adressent aux communautés noires, avant tout.

Interview de Michaëla Danjé, directrice de publication, par Gusoma.

Un épisode du podcast The Funambulist en anglais, permet d’en savoir encore plus sur le sens de ce projet. En particulier, Michaëla Dandjé développe sa volonté de proposer une représentation positive des personnes trans et noires en dehors des médias dominants. La publication de ces textes, par et pour les personnes noires, est une manière de remettre en question l’idée répandue selon laquelle un groupe, pour bénéficier de bonnes conditions de vie, doit jouir d’une représentation médiatique dans les médias grand-public. Les auteurs-rices font le choix ici de réserver leur voix avant tout à leurs communautés et tentent, en se réappropriant l’image qui est donnée d’eux, de dresser un portrait plus sincère, plus riche et plus politique que lorsque leur discours est rapporté.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui est à la fois l’expression directe de personnes concernées et peu écoutées, et un pas de côté comparé aux productions autobiographiques habituelles sur les personnes trans. Malgré leurs qualités artistiques, j’ai trouvé les dernières sorties décevantes sur le plan politique : des hommes blancs, bourgeois, mettent en scène des trajectoires extrêmement privilégiées. Cela ne gêne pas la lecture ou le visionnage des œuvres mais la récente prolifération de tels témoignages leur donne un soupçon d’universalisme. Les auteurs-rices d’AFROTRANS proposent un véritable renouveau, en plaçant la politique au cœur d’un ouvrage intimiste et, en quelque sorte, multi-biographique. C’est ce subtil mélange d’émotions et de justesse dans l’analyse qui fait leur force de frappe.

Pour crâner sur la plage dès cet été, vous pouvez commander le livre ici ou dans toute librairie sérieuse.

Le triathlète corse – exercice de SIG

Voici un exercice donné en 2020 en DM dans le cadre d’un cours de SIG de L3. L’exercice permet de valider l’acquisition des compétences suivantes :

  • Traitement des modèles numériques de terrain (interprétation, reclassement, vectorisation),
  • Sélections attributaires (données vecteur),
  • Sélections géographiques (données vecteur),
  • Réalisation d’une chaîne de traitement.

Consignes

Je suis un triathlète de haut niveau. La Fédération Française de Triathlon me donne carte blanche jusqu’aux jeux olympiques de 2024 pour m’installer et m’entrainer dans le lieu de mon choix : ils se chargeront de me trouver une équipe de spécialistes pour m’accompagner dans ma préparation sportive sur place.

Passionné de montagne et amateur de soleil et de chaleur, je décide de m’installer en Corse.

Néanmoins, je dois prendre en compte certains critères avant de pouvoir arrêter mon choix sur une ou quelques communes : l’altitude, pour habituer mon corps à une densité moindre en oxygène et favoriser la création de globules rouges, la présence d’une piscine pour pouvoir m’entrainer à la natation et la présence d’une forêt pour pouvoir pratiquer la course à pied en évitant la circulation automobile… Ça se corse.

Ayant par bonheur accès à plusieurs sources de données en libre accès comme les fichier MNT issus du satellite Copernicus ou les données collaboratives OpenStreetMap, je décide d’utiliser un SIG pour arrêter mon choix sur quelques communes, dans lesquelles la fédération de triathlon pourra ensuite chercher à me loger.

Je souhaite donc sélectionner l’ensemble des communes corses équipées d’une piscine, dont une partie au moins s’élève à plus de 500m d’altitude, comprenant une forêt ou un morceau de forêt.

Données disponibles :

  • Limites administratives des communes de Corse (fichier communes_corse.shp),
  • MNT (raster) comprenant des informations d’altitude sur l’ensemble de la Corse (corse.tif),
  • Principaux équipements en Corse (equipements_corse.shp),
  • Occupation du sol corse (occsol_corse.shp).

Consignes :

  1. Après avoir pris connaissance des données, proposez une chaine de traitement qui vous permettra d’aboutir à votre sélection de communes.
  2. Effectuez petit à petit vos sélections sans hésiter à créer de nouvelles couches. Pour chaque sélection, notez le nombre d’éléments sélectionnés.
  3. Notez le nombre de communes que contient votre sélection finale.

Données

Les fichiers de données (prêtes et nettoyées) peuvent être téléchargés ici.

Correction

Un tuto vidéo de correction, réalisé dans le cadre du cours de 2021, est disponible suivant ce lien. Pardon d’avance pour les quelques bafouillements et imprécisions, c’était mon tout premier.

Bonne séance !

Micro-résultat #1 – Classe sociale, masculinité et espaces communautaires

Parmi les débats en vogue sur les réseaux sociaux, celui de la place des hommes trans dans les mouvements féministes a fait couler beaucoup d’encre. Les positions se clivent autour de la question suivante : si les hommes n’ont pas (toute) leur place dans les espaces et mouvements féministes, en particulier dans les espaces de non-mixité, les instances décisionnelles ou les positions de pouvoir, qu’en est-il des hommes trans ? Les arguments opposent souvent la mobilité sociale de genre vécue par les hommes trans, qui leur permettrait l’accès aux conditions matérielles d’existence des hommes dans notre société, aux intérêts communs des luttes trans et féministes, voire à la prégnance de la transphobie et du sexisme dans le quotidien des hommes trans.

  • Cet article, écrit par des hommes trans se revendiquant matérialistes, revient sur les principaux arguments des différents camps.

Toutefois, si les milieux militants queer et féministes français ont débattu récemment de la place des hommes trans en leur sein, ce débat s’inscrit dans presque un demi-siècle de débats anglophones et francophones sur la place de la masculinité dans le féminisme, cristallisés autour de la position des femmes trans. Ces dernières, du fait de leur genre assigné à la naissance, auraient intériorisé des normes comportementales sexistes qui mettraient les femmes cis en danger au sein de leurs espaces militants, supposés protégés du point de vue du sexisme, et de manière générale au sein des espaces non-mixtes.

  • Cet article/podcast pose les bases : histoire du transféminisme, histoire des idées TERF (Trans Exclusionary Radical Feminism), et explication des divergences entre mouvements queer et matérialistes.

Ainsi les personnes trans sont-elles accusées, du moins dans le cadre de débats ayant principalement lieu en ligne, sur les réseaux sociaux et dans les groupes communautaires, soit d’être devenues trop masculines (c’est le cas des hommes trans), soit de l’avoir trop été (c’est le cas des femmes). Cette mobilité sociale, vers ou depuis le groupe des hommes, serait un obstacle à leur présence dans certains espaces militants.

On peut penser, comme cela est sagement rappelé dans cette excellente tribune, que les personnes trans sont tellement rares numériquement que la focalisation sur cette question est vaine et participe principalement à attiser la haine transphobe. D’ailleurs, l’extrême droite, lorsqu’elle est au pouvoir comme aux États-Unis ou au Royaume-Uni, n’hésite pas à publiciser ces débats et à y prendre part contre les personnes trans. Cette question, qui implique si directement les représentations traditionalistes du genre et de la famille, tout en ne concernant qu’une proportion infime de la population, est un argument électoral de choix : elle permet de faire la cour aux extrémistes sans pour autant perdre l’adhésion des libéraux.

Dans le cadre de ma thèse, je me suis demandé si ces débats avaient des conséquences sur le quotidien des personnes trans. Qu’est-ce que ça fait de vivre dans un pays où son droit à utiliser des toilettes publiques est débattu au journal télévisé ? Quelles sont les conséquences de ces débats sur les pratiques et représentations du territoire des personnes trans ?

Au Royaume-Uni, les débats TERF, bénéficiant d’un fort focus médiatique, découragent les femmes trans d’utiliser les toilettes, vestiaires et autres espaces publics non-mixtes. Aucune des femmes rencontrées sur le terrain n’était à l’aise à l’idée de se rendre dans des toilettes non-mixtes : la plupart renoncent à les utiliser et celles qui s’y rendent ressentent un stress important. En France, aux menaces TERF – un peu moins présentes mais tout de même existantes – s’ajoutent les débats sur la place des hommes trans dans le féminisme. La coexistence dans le débat public d’arguments visant à remettre en cause la place des femmes trans et celle des hommes trans dans les espaces féministes contribue très fortement à éroder le sentiment de légitimité des personnes trans à accéder à des espaces associatifs et festifs queer, féministes… et trans. Surtout, les conséquences de ces discours sont très différenciées suivant la classe sociale. Certain-e-s se les approprient en se construisant un avis personnel grâce à des connaissances approfondies en études de genre : ces personnes légitiment leur présence dans les espaces non-mixtes ou différencient avec soin les lieux potentiellement litigieux (réunions non-mixtes, associations dans lesquelles les positions des organisateurs-rices sont connues) des espaces dans lesquels elles sont les bienvenues. D’autres, moins dotées en capital culturel, associent ces discours à l’ensemble des milieux trans et renoncent à fréquenter bars, soirées, mais aussi associations et groupes d’auto-support.

C’est le cas de Ludo [les prénoms sont modifiés], qui m’explique après son entretien qu’il ne fréquente pas les associations car il a peur de ne pas savoir se positionner dans des débats lus sur les réseaux sociaux.

A la fin de l’entretien, nous avons regagné ensemble la gare du Nord avec Ludo. […] J’ai essayé de comprendre pourquoi il n’était jamais allé dans une asso alors qu’il connait leur existence. En plus de quelques obstacles matériels, Ludo a évoqué sa timidité. Il m’a expliqué être « très impressionné » par les personnes LGBT militantes dont il lit les discours sur les réseaux sociaux. Il a peur de « dire quelque chose de travers » ou de ne pas dire « la bonne chose », de ne pas avoir un avis construit sur les questions politiques ou encore « d’avoir l’air nul » face à ces militant-e-s.

Extrait de carnet de terrain, 25/08/2020, Paris.

Tom, un jeune homme trans vivant à Rennes, partage les appréhension de Ludo. Il fréquente plusieurs personnes trans, mais « seulement dans des bars hétéros ». En effet, « les engueulades sur les mecs trans et le féminisme » lui laissent penser qu’il serait « à côté de la plaque » dans une association trans.

Tom et Ludo sont tous les deux issus de classe populaire. S’ils ont lu les débats sur les réseaux sociaux, ils peinent à se faire un avis et se disent tous deux « très impressionné[s]. »

Les femmes trans, en France comme au Royaume-Uni, cumulent quand à elles les obstacles : elles craignent à la fois l’influence des discours TERF dans les lieux ordinaires, en quelque sorte grand public, et les conséquences des discours militants dans les espaces trans et féministes. Les témoignages permettent de bien saisir la façon dont se croisent ces différents enjeux de genre et de classe. Ella explique par exemple qu’elle « déteste » le bar ouvertement trans La Mutinerie car elle a l’impression de ne pas connaître ou comprendre les « codes de comportement » du lieu. Cha Prieur parlait déjà en 2015 de la reproduction des oppressions de classe et de race dans les milieux queer via des codes de sociabilité bien particuliers. A ce fossé de classe s’ajoutent des difficultés liées au genre :

La deuxième fois que j’y suis allée, […] j’étais hyper mal à l’aise et hyper gauche dans tout ce que je faisais : j’ai renversé le verre d’une meuf, et je me suis sentie hyper mal ! […] La meuf était fâchée, je me sentais hyper mal, je me disais « ah putain certes je suis une meuf trans mais comme je suis en début de transition, tout le monde va penser : ah ce mec prend de la place, bouscule, etc. » […] Du coup avec ces débats, encore plus dans les milieux queer que dans un espace lambda, t’es en permanence dans le contrôle de l’espace que tu prends pour pas qu’il y ait des meufs qui pensent « ah au fond c’est un mec parce qu’elle prend de l’espace. »

Extrait d’entretien avec Ella, juillet 2019.

Cette crainte de prendre trop de place avec son corps ou d’occuper trop d’espace sonore avec sa voix est largement partagée par les femmes trans, dont le « contrôle de l’espace » qu’elles prennent est constant, même dans les espaces queer et trans. Ruth, qui vit dans l’Est londonien, partage les impressions d’Ella. Son récit montre bien l’imbrication des oppressions de genre et de classe dans son inadéquation avec les codes sociaux de l’association trans qu’elle fréquente.

Sometimes I still feel on edge, even in those kinds of spaces. […] Sometimes I do still feel like I have to watch myself around some trans men and non binary people. […] In my experience, it tends to be a very specific type of person who dominates those spaces, like, trans men or non binary people who usually are like middle class, white, who have a similar kind of soft aesthetic and everything. […] And when I will relax, you know, I’m pretty loud. And I have a deep voice and I do take up a lot of space, which I think I have a right to in those kinds of spaces. But then I start to feel a little bit of transmisogyny, like I’m being looked at like I’m behaving like a man, you know, I’m looked at so weirdly, sort of objectified and fetishized but also disliked. And sometimes I find that “soft aesthetic” quite hard to deal with because it’s very passive. And it can be quite passive aggressive.1

Extrait d’entretien avec Ruth, décembre 2019.

On comprend, dans le discours de Ruth, que l’accès aux espaces militants, même les espaces trans qui sont prioritairement destinés à toutes les personnes trans, est conditionné par des enjeux de classe et de genre. Les écarts aux féminités et masculinités acceptables suivant les normes sociales de ces milieux sont sanctionnés. Par exemple, une masculinité acceptable semble être cette soft aesthetics que décrit Ruth, tandis que sa masculinité bruyante et encombrante semble être taboue. De nouvelles normes régissent ces lieux : bien que différentes de celles de l’ensemble des espaces publics, elles participent à reproduire, en d’autres termes et circonstances, une domination de genre et de classe. Cela rejoint en effet les recherches d’Emmanuel Beaubatie qui présente dans un espace social du genre le caractère mouvant des normes de genre, qui varient considérablement suivant les milieux sociaux. Il écrit, à propos des hommes bourgeois gays ou jouant avec les codes gays : « en se distinguant, par leurs apparences et attitudes androgynes, d’une masculinité hégémonique qu’ils jugent archaïque et dépassée, certains hommes – gays, mais aussi hétérosexuels s’appropriant des codes gays – contribuent à désarmer la critique féministe de la domination masculine ». Ainsi, dans les milieux militants queer et trans, de nouvelles normes de masculinité – se distinguant d’une masculinité perçue comme hégémonique – contribuent à exclure certaines personnes trans sur des critères de genre et de classe.

Les espaces communautaires ne sont donc pas pour tou-te-s des lieux sûrs dans lesquels il est possible de, comme le dit Ruth, relax. Dans le cadre d’un territoire déjà peu accessible, constellé d’obstacles, ces difficultés supplémentaires à accéder à ce que l’on peut qualifier de ressources communautaires sont particulièrement discriminantes du point de vue de la classe sociale et du genre. A l’échelle métropolitaine, elles participent à une inégale répartition des ressources communautaires parmi les personnes trans.

_____________________________

(1) Traduction personnelle : Parfois je me sens encore sur le fil du rasoir, même dans ce type d’espace. […] Parfois j’ai toujours l’impression que je dois surveiller la manière dont je me comporte parmi les hommes trans et les personnes non-binaires. […] Selon mon expérience, c’est souvent un type de personnes très spécifique qui domine ces espaces, genre des hommes trans et des personnes non-binaires, de classe moyenne, blanc-he-s, qui ont le même type d’esthétique douce [soft aesthetics], en quelque sorte. […] Et quand je me détends, tu sais, je suis assez bruyante. J’ai une voix grave et je prends beaucoup d’espace, ce que je pense avoir le droit de faire dans ce type d’espace. Mais à ce moment je commence à sentir un peu de transmisogynie, genre je suis regardée comme si je me comportais comme un homme, tu sais, on me regarde tellement bizarrement, objectifiée et fétichisée en quelque sorte, mais aussi dépréciée. Et parfois je trouve cette “esthétique douce” assez difficile à gérer parce que c’est très passif. Et ça peut devenir assez passif-agressif.

Du béton et des plumes

Ce carnet vise à rendre compte de réflexions issues de ma thèse de géographie sur les personnes trans et les espaces publics à Paris, Rennes et Londres. Les objectifs sont à la fois de visibiliser toutes les étapes de la recherche sur les minorités et de rendre accessibles les résultats de mes recherches à toutes et tous, en particulier aux personnes qui m’ont aidé et accompagné pendant ma thèse. Ce carnet est aussi un espace de partage de ressources pédagogiques et d’expérimentations méthodologiques parfois instables, de découvertes de temps en temps foireuses et de tentatives bancales voire avortées.