Archives par étiquette : méthodologies

Méthodo-topo #1 – A propos des données sur les trans

Un billet bref, partial, sur l’enjeu complexe de l’accessibilité des données des enquêtes portant sur les personnes trans.

L’accès aux données sur les trans est un sujet sensible. Les données sur les personnes trans sont très rares : elles intéressent peu les acteurs publics et la recherche, sont difficiles à collecter et le travail de création des données est rarement financé. Surtout, la mise à disposition publique des données sur les personnes trans pose problème. Ce sont d’abord des données hautement sensibles, qui concernent plusieurs aspects de la vie privée des personnes interrogées. Mais ce sont également des données portant sur une population réduite, ce qui rend les répondant-e-s particulièrement identifiables. Il n’existe donc pas ou presque pas de base de données libre à l’exploitation, adressée aux chercheurs-ses, aux associations ou aux acteurs publics, permettant une meilleure connaissance des conditions de vie de ces populations.

Cette absence de données pose plusieurs problèmes. D’abord, cela contribue à provoquer une surcharge des communautés de sollicitations de journalistes et chercheurs-ses : chaque personne qui enquête sur les vécus trans doit produire ses propres données. Cette situation, que l’on peut qualifier de “sur-étude”, est documentée par les associations (comme OUTrans), les blogueurs-ses (comme celle-ci), les chercheurs-ses (comme dans la méthodologie de la thèse d’Emmanuel Beaubatie et dans celle de Cha Prieur) et une multitude de groupes de personnes trans. Ensuite, cela contribue à priver les communautés trans des retombées potentiellement positives des savoirs sur les trans : les résultats des études ne sont pas toujours transmis aux communautés et malgré la grande diversité des questions traitées par les données, seules celles qui intéressent les enquêteurs-rices sont rendues publiques. Une divergence d’intérêt entre l’enquêteur-rice et les communautés trans conduit, à terme, à cette situation où les populations trans, dépossédées des données qui les concernent, sont à la fois caractérisées par une surcharge de sollicitation à participer à des enquêtes… et de grandes lacunes dans les savoirs portant sur les personnes trans.

Un exemple particulièrement frappant des enjeux sous-tendus par la possession des données sur les trans et leur libre mise à disposition est celui du National LGBT Survey, financé par le gouvernement du Royaume-Uni et portant sur les conditions de vie des personnes LGBTI au Royaume-Uni. Cette enquête de grande ampleur est constitué d’un échantillon exceptionnellement grand : 14000 personnes trans y ont répondu. Un data viewer permet de visualiser des résultats agrégés : on peut connaître, pour chaque question, les réponses de chaque sous-groupe en fonction de caractéristiques socio-économiques. C’est déjà très utile et une grande avancée dans la connaissance des conditions de vie des personnes trans. Le graphique suivant en est un exemple parmi de très nombreux : les données permettent de comparer, entre les femmes trans, les hommes trans et les personnes se déclarant avant-tout non-binaires, la manière dont ces dernières se sentent en tant que personne LGBT britannique. Cela est déjà très intéressant : on peut par exemple constater que les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes et les personnes non-binaires à se sentir “pas confortables du tout” en tant que personne LGBT dans leur pays de résidence.

Graphique portant sur le confort de vie des femmes trans, hommes trans et personnes non-binaires au Royaume-Uni.
Confort de vie en tant que personne LGBT au Royaume-Uni, données issues du National LGBT Survey (2017) – Traduction du graphique en fin d’article

Cette mise à disposition des données sous un format agrégé par petits groupes (suivant le genre, la catégorie socio-professionnelle, la région de résidence, etc.) est absolument nécessaire à l’anonymisation de ces données hautement sensibles. Cela permet notamment de rendre impossible l’identification d’une personne en particulier.

Pourtant, le data viewer présente une limite très contraignante, qui l’empêche à mes yeux de se montrer à la hauteur des enjeux soulevés par les nombreuses formes que prend la transphobie. En ne permettant pas de croiser différentes questions les unes avec les autres, il ne permet pas de mesurer la responsabilité des services publics et des administrations dans le bien-être – ou le mal-être – des personnes trans britanniques. Pour reprendre l’exemple précédent, il est impossible de croiser le sentiment de bien-être général des répondant-e-s avec, par exemple, leur facilité à accéder aux soins et à une transition médicale, à un changement d’identité ou encore avec l’aide reçue – ou non – de la part des services de police lors d’une potentielle agression ou, de manière générale, d’autres services sensés protéger de la transphobie. De la même manière, on ne peut pas savoir si un accès facilité à une transition médicale et administrative améliore l’accès des personnes trans à l’emploi, leurs relations avec leurs proches et, de manière générale, leurs conditions matérielles d’existence. Comment dès-lors penser que les données mises à disposition sont à la hauteur des enjeux soulevés par les discriminations institutionnelles rencontrées par les communautés ?

Cet exemple pour montrer que les enjeux de la mise à disposition des données sur les personnes trans sont complexes et multiples. Les divergences d’intérêt entre communautés et enquêteurs-rices posent question : était-il dans l’intérêt du gouvernement du Royaume-Uni, par exemple, de permettre de mesurer l’impact nécessairement délétère sur les conditions de vie des personnes trans de dizaines d’années de coupes budgétaires dans la santé publique ? La maîtrise, par les enquêteurs-rices, de la façon dont les données sont mises à disposition, est un enjeu méconnu mais vital de la (re)mise à disposition des données sur les trans pour les trans.


Traduction du graphique :

Graphique traduit en français sur le sentiment de bien-être des personnes trans en fonction de leur genre.
Graphique en français, traduction personnelle.