Archives par étiquette : trans

Méthodo-topo #2 – Qui sont les non-binaires ? (qui répondent aux enquêtes par questionnaire)

Avant les vacances de la Toussaint, deux étudiants sont venus me voir à la fin d’un cours de géographie sociale pour me demander pourquoi les auteurs des documents que nous étudions ne pensaient jamais à inclure une catégorie de genre “non-binaire” dans leurs statistiques genrées. J’ai d’abord pensé à quelques réponses d’ordre pratique : les documents datent souvent d’époques bien antérieures à l’apparition de la non-binarité, du moins nommée comme telle, dans la sphère publique ; si les tableaux statistiques visent à montrer des inégalités entre les hommes et les femmes, la mention d’une catégorie tierce viendrait perturber la lecture sans apporter de réponse à la question posée… Je propose aujourd’hui d’apporter quelques éléments de réponse plus construits.

Quid des non-binaires ?

La question des personnes non-binaires m’est systématiquement posée en colloque : “vous avez beaucoup parlé des hommes et des femmes trans, mais quid des non-binaires ?” En effet, malgré une réelle prise en compte de l’existence de personnes se déclarant non-binaires du début à la fin de mes travaux sur les personnes trans, je n’ai jamais proposé de résultat dans lequel le recours à la catégorie des non-binaires me semblait probant. Si les personnes non-binaires ont bien droit de cité dans mon travail, les mentions de leur non-binarité se limitent souvent aux pronoms que j’utilise pour les désigner. Les caractéristiques socio-économiques mises en avant dans les résultats de ma recherche sont systématiquement d’une autre nature : la classe sociale, la position dans les rapports de race ou l’ensemble des éléments relatifs au genre (expression de genre, trajectoire sociale de changement de sexe, socialisation(s) genrées, etc.) ont toujours plus d’influence sur le rapport aux espaces publics que la seule identification à la catégorie “non-binaire”. C’est en tout cas la réponse que j’apporte systématiquement lorsque, à la fin d’un article ou d’une présentation, je n’ai pas mentionné une seule fois la potentielle non-binarité des participant-e-s, alors que 25% d’entre elles/eux se déclarent non-binaires.

Alors, quid des non-binaires ? A partir d’une enquête par questionnaire créée et diffusée en 2017 par l’association FéminiCités portant sur le vécu des personnes trans dans les transports en commun en France[1], je propose d’abord de tenter de comprendre qui sont les personnes qui se disent non-binaires (et qui répondent aux enquêtes par questionnaire). Cela permettra de ré-examiner la question de départ : quelle est la pertinence de l’exploitation de la catégorie “non-binaire” dans une enquête en sciences sociales ?

Qui sont les non-binaires ?

Les personnes se déclarant avant tout comme non-binaires se distinguent des autres personnes trans dans les résultats de l’enquête “Trans et transports”. D’abord, les non-binaires[2] sont sensiblement plus parisien-ne-s que les autres répondant-e-s : près de 33% d’entre elles-eux vivent à Paris et en petite couronne. C’est aussi la catégorie la moins représentée en région (59,7% pour une moyenne de 62,6%) et sous-représentée en grande couronne (7,5% pour 8,7%).

Lieu d’habitation des répondant-e-s en fonction du genre déclaré, enquête Trans et Transports, FéminiCités, 2017
Grande couronne Paris et petite couronne Region (rural a metropole) Total
FTM 5.2 31.2 63.6 100
MTF 12.8 23.3 64.0 100
NB 7.5 32.8 59.7 100
Ensemble 8.7 28.7 62.6 100

Les non-binaires apparaissent également comme sensiblement plus blanc-he-s que les autres répondant-e-s : iels sont à la fois les plus souvent perçu-e-s comme blanc-he-s (88,2% d’entre elleux déclarent être toujours perçu-e-s comme blanc-he-s, pour une moyenne de 85,8% des répondant-e-s) et les moins rarement perçus comme non-blanc-he-s (1,5% d’entre elleux ne sont jamais perçu-e-s comme blanc-he-s, pour une moyenne de 3,4% des répondant-e-s).

Genre et white-passing, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017.
Etes-vous toujours perçu-e comme blanc-he ? Jamais La plupart du temps Oui, toujours Parfois Total
FTM 2.5 9.9 86.4 1.2 100
MTF 6.0 9.5 83.3 1.2 100
NB 1.5 7.4 88.2 2.9 100
Ensemble 3.4 9.0 85.8 1.7 100

Si les étudiant-e-s forment la catégorie socio-professionnelle la plus représentée de l’enquête (43,4% des répondant-e-s), la proportion d’étudiant-e-s parmi les non-binaires est largement supérieure aux autres personnes trans : 61,4% des répondant-e-s non-binaires sont étudiant-e-s. Ces éléments vont dans le sens des travaux de Cha Prieur, qui a montré que les personnes se déclarant queer se distinguaient par leur appartenance à une bourgeoisie intellectuelle parisienne, avant tout définie par son capital culturel et notamment scolaire. Toutefois, l’existence d’une catégorie “étudiant-e” induit un biais important lié à l’âge des participant-e-s, puisque se fondent en elle des individus aux (futures) CSP très différentes. On peut supposer par exemple que les 16,7% de femmes trans cadres sont passées par plusieurs années d’études, bien qu’elles ne soient pas comptabilisées comme étudiantes, et qu’en miroir les non-binaires, sous-représentés dans toutes les autres catégories socio-professionnelles, aspirent à les rejoindre à la fin de leurs études.

Catégorie socio-professionnelle des répondant-e-s en fonction du genre, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
FTM MTF NB Ensemble
Agriculteur/rice exploitant-e 1.3 0.0 0.0 0.4
Artisan, commerçant-e et chef-fe d’entreprise 0.0 2.4 0.0 0.9
Cadre et professions intellectuelles supérieures 6.5 16.7 1.5 8.8
Employé-e 10.4 17.9 9.0 12.7
Etudiant-e 50.6 22.6 61.2 43.4
Je ne sais pas 10.4 4.8 10.4 8.3
Ouvrier-e 2.6 3.6 0.0 2.2
Professions intermédiaires 1.3 7.1 0.0 3.1
Sans activité professionnelle 16.9 25.0 17.9 20.2
Total 100.0 100.0 100.0 100.0

En se penchant sur l’âge des répondant-e-s, on observe en effet que les non-binaires forment la catégorie à la fois la plus jeune (âge moyen de 21,8 ans) et la plus homogène du point de vue de l’âge. Les boîtes à moustaches ci-dessous permettent en effet de comparer la répartition des FTM, MTF et NB en fonction de l’âge. Sur le graphique, une “boîte” représente, pour une catégorie de genre, les 50% d’individus dont l’âge se situe autour de la médiane. Cela permet de voir si une série est très étendue (les individus ont des âges variés) ou pas (les individus ont des âges très proches). La “boîte” et les “moustaches” des non-binaires sont très centrées autour de la médiane (le gros trait noir au milieu) : cela signifie que les âges des répondant-e-s non-binaires sont particulièrement concentrés autour de la vingtaine, les trois individus entre 30 et 35 ans ayant des âges considérés comme “extrêmes” par rapport aux autres (sur le graphique, ce sont les gros points noirs). Ces résultats rejoignent les travaux d’Emmanuel Beaubatie, qui a montré que les non-binaires se distinguaient des autres personnes trans notamment par leur âge et leur capital scolaire.

Age des répondant-e-s en fonction du genre, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017.

Toutefois, la lecture de la catégorie “NA”, qui correspond en fait aux 13 personnes qui n’ont coché ni “FTM”, ni “MTF”, ni “je me définis avant tout comme non-binaire” dans les catégories de genre proposées dans le questionnaire, permet d’aller encore plus loin : il existe une différence importante d’âge entre les personnes qui ont coché la case “non-binaire” et qui se reconnaissent dans ce terme et celles qui ne se reconnaissent ni comme des femmes trans, ni comme des hommes trans… ni comme non-binaires. Ces personnes refusent de se référer aux catégories traditionnelles de genre sans pour autant s’identifier comme non-binaires. On peut donc supposer que le recours à la catégorie de genre “non-binaire” dans une enquête en sciences sociales n’est pas nécessairement synonyme d’un rejet de la binarité de genre. Plus encore, parmi les personnes que l’on pourrait qualifier de “non-binaires” – c’est-à-dire celles qui ne s’identifient ni aux hommes, ni aux femmes -, celles qui adoptent le terme sont sensiblement plus jeunes que les autres.

Cela me pousse à penser qu’il existe des personnes trans qui ne se reconnaissent pas dans les catégories de genre traditionnelles de tout âge et dans des milieux sociaux diversifiés. Les vécus de ces dernières pourraient être en partie invisibilisés par le recours à la catégorie “non-binaire” dans les recherches sur les trans. En effet, plus que de décrire une non-conformité aux normes de genre ou une absence de reconnaissance dans les catégories de genre traditionnelles, la catégorie “non-binaires” semble avant tout regrouper des pairs selon des critères d’âge et de classe sociale. Pour confirmer cela, il est possible de comparer les conditions d’existence des personnes trans dans les espaces publics selon la catégorie de genre revendiquée.

Faut-il exploiter la catégorie “non-binaires” dans une enquête sur les trans ?

Lorsque l’on compare la survenance d’une ou plusieurs agressions sexuelles dans les transports par catégorie de genre, il apparait qu’une plus grande part de femmes trans a été exposée à des violences sexuelles dans les six mois précédant l’enquête (37,5%) que pour l’ensemble des répondant-e-s (32%). Un tableau tel que celui présenté ci-dessous peut donner envie d’expliquer l’exposition aux violences sexuelles directement par le genre déclaré : si les hommes sont les moins touchés, que les femmes sont les plus touchées, et que l’exposition des personnes non-binaires se situe entre les deux, alors la non-binarité doit exposer un peu moins que les femmes et un peu plus que les hommes aux violences sexistes.

Genre et exposition aux agressions sexuelles, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
Agressions sexuelles déclarées dans les 6 mois Non Oui Total
FTM 73.1 26.9 100
MTF 62.5 37.5 100
NB 68.7 31.3 100
Ensemble 68.0 32.0 100

Le même tableau rapporté au passing, c’est à dire à la manière dont la personne est perçue par des inconnu-e-s, est éloquent sur cette erreur : la part de personnes ayant vécu une agression sexuelle récente est considérablement moindre (9,5% pour une moyenne de 31,4%) parmi celles qui sont exclusivement genrées au masculin par des inconnus, c’est-à-dire qui sont exclusivement perçues comme des hommes. Au contraire, la part de personnes ayant été exposées à des violences sexuelles oscille autour de la moyenne dès lors que la personne est genrée, au moins de temps en temps, au féminin.

Passing et exposition aux agressions sexuelles, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
Agression(s) sexuelle(s) déclarée(s) dans les 6 mois Non Oui Total
Autant le féminin que le masculin, ou bien évitent de vous genrer 64.1 35.9 100
Cela dépend de mes choix vestimentaires 62.1 37.9 100
Exclusivement le féminin 67.9 32.1 100
Exclusivement le masculin 90.5 9.5 100
Majoritairement le féminin 66.0 34.0 100
Majoritairement le masculin 71.1 28.9 100
Ensemble 68.6 31.4 100

Cet exemple doit nous permettre de remettre la catégorie “non-binaire” en perspective avec les très multiples réalités qu’elle recoupe, en particulier en termes de vécu genré des espaces publics. Le tableau ci-dessous montre par exemple que les personnes non-binaires sont, parmi les personnes trans, celles dont les passings sont les plus divers : contrairement aux MTF et FTM qui sont plus fortement concerné-e-s par certains passings, les non-binaires sont concerné-e-s par des situations très variées. On peut supposer que leurs conditions d’existence sont disparates, notamment en termes de genre. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les non-binaires sont moins perçu-e-s en dehors de la binarité que les FTM et les MTF : iels ne représentent que 25% des personnes genrées autant au féminin qu’au masculin. L’identification à la catégorie non-binaire ne semble donc pas particulièrement présager d’une non-conformité aux normes de genre liées à l’apparence – en tout cas pas d’avantage qu’un changement de genre.

Passing et genre déclaré, enquête Trans et transports, FéminiCités, 2017
FTM MTF NB Total
Autant le féminin que le masculin, ou bien évitent de vous genrer 40.0 35.0 25.0 100
Cela dépend de mes choix vestimentaires 21.4 42.9 35.7 100
Exclusivement le féminin 11.5 59.6 28.8 100
Exclusivement le masculin 77.3 13.6 9.1 100
Majoritairement le féminin 29.1 27.3 43.6 100
Majoritairement le masculin 51.2 30.2 18.6 100
Ensemble 34.6 36.7 28.7 100

La disparité du rapport au genre parmi les personnes qui se déclarent non-binaires me pousse à hésiter à mobiliser cette catégorie dans les résultats de mes recherches. L’exploitation de la catégorie “non-binaire” en tant que telle semble risquée, tant cela pousse à interpréter des faits selon un rapport artificiel au genre, puisque l’étiquette regroupe en réalité des vécus très diversifiés… tout en effaçant l’homogénéité sociale et d’âge du groupe des non-binaires.

Alors, qui sont les non-binaires ? Au regard de l’enquête “Trans et transports”, on peut penser que les personnes qui se déclarent avant tout non-binaires dans les enquêtes en sciences sociales sont majoritairement de jeunes étudiant-e-s. Iels ne représentent pas l’ensemble des personnes qui ne se reconnaissent pas dans les groupes des “FTM” et “MTF”, mais plutôt celles qui s’approprient ce vocabulaire militant. Surtout, leurs conditions d’existence au regard des normes de genre et des expériences qui en découlent (sexisme, violences sexistes et sexuelles, etc.) semblent particulièrement diverses. Cette grande diversité de vécus, face à l’homogénéité sociale du groupe, me pousse à me méfier de la naturalisation de cette catégorie.

[1] Les données qui ont permis de réaliser les tableaux et graphiques de cet article sont issues de l’enquête “Trans et transports”, menée en 2017 par un groupe de travail rassemblé par l’association FéminiCités. Le questionnaire, portant sur le vécu des personnes trans dans les transports en commun en France, a été diffusé par le biais d’une vingtaine d’associations LGBTI, des moyens de communication propres de l’association et des groupes d’auto-support trans en ligne. Il rassemble 253 réponses. Le mode de passation induit nécessairement des biais de recrutement, visant en priorité les personnes trans actives dans des réseaux d’auto-support associatifs ou réels.

[2] Parmi les 253 répondant-e-s, 83 se déclarent FTM, 88 se déclarent MTF et 69 se déclarent avant tout non-binaires. Les répondant-e-s pouvaient cocher plusieurs cases : je mets en valeur ici dans la catégorie “non-binaire” les réponses des personnes qui n’ont coché que la case “non-binaire”. 13 personnes n’ont coché aucune des trois cases tout en répondant sérieusement au reste du questionnaire.

Méthodo-topo #1 – A propos des données sur les trans

Un billet bref, partial, sur l’enjeu complexe de l’accessibilité des données des enquêtes portant sur les personnes trans.

L’accès aux données sur les trans est un sujet sensible. Les données sur les personnes trans sont très rares : elles intéressent peu les acteurs publics et la recherche, sont difficiles à collecter et le travail de création des données est rarement financé. Surtout, la mise à disposition publique des données sur les personnes trans pose problème. Ce sont d’abord des données hautement sensibles, qui concernent plusieurs aspects de la vie privée des personnes interrogées. Mais ce sont également des données portant sur une population réduite, ce qui rend les répondant-e-s particulièrement identifiables. Il n’existe donc pas ou presque pas de base de données libre à l’exploitation, adressée aux chercheurs-ses, aux associations ou aux acteurs publics, permettant une meilleure connaissance des conditions de vie de ces populations.

Cette absence de données pose plusieurs problèmes. D’abord, cela contribue à provoquer une surcharge des communautés de sollicitations de journalistes et chercheurs-ses : chaque personne qui enquête sur les vécus trans doit produire ses propres données. Cette situation, que l’on peut qualifier de “sur-étude”, est documentée par les associations (comme OUTrans), les blogueurs-ses (comme celle-ci), les chercheurs-ses (comme dans la méthodologie de la thèse d’Emmanuel Beaubatie et dans celle de Cha Prieur) et une multitude de groupes de personnes trans. Ensuite, cela contribue à priver les communautés trans des retombées potentiellement positives des savoirs sur les trans : les résultats des études ne sont pas toujours transmis aux communautés et malgré la grande diversité des questions traitées par les données, seules celles qui intéressent les enquêteurs-rices sont rendues publiques. Une divergence d’intérêt entre l’enquêteur-rice et les communautés trans conduit, à terme, à cette situation où les populations trans, dépossédées des données qui les concernent, sont à la fois caractérisées par une surcharge de sollicitation à participer à des enquêtes… et de grandes lacunes dans les savoirs portant sur les personnes trans.

Un exemple particulièrement frappant des enjeux sous-tendus par la possession des données sur les trans et leur libre mise à disposition est celui du National LGBT Survey, financé par le gouvernement du Royaume-Uni et portant sur les conditions de vie des personnes LGBTI au Royaume-Uni. Cette enquête de grande ampleur est constitué d’un échantillon exceptionnellement grand : 14000 personnes trans y ont répondu. Un data viewer permet de visualiser des résultats agrégés : on peut connaître, pour chaque question, les réponses de chaque sous-groupe en fonction de caractéristiques socio-économiques. C’est déjà très utile et une grande avancée dans la connaissance des conditions de vie des personnes trans. Le graphique suivant en est un exemple parmi de très nombreux : les données permettent de comparer, entre les femmes trans, les hommes trans et les personnes se déclarant avant-tout non-binaires, la manière dont ces dernières se sentent en tant que personne LGBT britannique. Cela est déjà très intéressant : on peut par exemple constater que les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes et les personnes non-binaires à se sentir “pas confortables du tout” en tant que personne LGBT dans leur pays de résidence.

Graphique portant sur le confort de vie des femmes trans, hommes trans et personnes non-binaires au Royaume-Uni.
Confort de vie en tant que personne LGBT au Royaume-Uni, données issues du National LGBT Survey (2017) – Traduction du graphique en fin d’article

Cette mise à disposition des données sous un format agrégé par petits groupes (suivant le genre, la catégorie socio-professionnelle, la région de résidence, etc.) est absolument nécessaire à l’anonymisation de ces données hautement sensibles. Cela permet notamment de rendre impossible l’identification d’une personne en particulier.

Pourtant, le data viewer présente une limite très contraignante, qui l’empêche à mes yeux de se montrer à la hauteur des enjeux soulevés par les nombreuses formes que prend la transphobie. En ne permettant pas de croiser différentes questions les unes avec les autres, il ne permet pas de mesurer la responsabilité des services publics et des administrations dans le bien-être – ou le mal-être – des personnes trans britanniques. Pour reprendre l’exemple précédent, il est impossible de croiser le sentiment de bien-être général des répondant-e-s avec, par exemple, leur facilité à accéder aux soins et à une transition médicale, à un changement d’identité ou encore avec l’aide reçue – ou non – de la part des services de police lors d’une potentielle agression ou, de manière générale, d’autres services sensés protéger de la transphobie. De la même manière, on ne peut pas savoir si un accès facilité à une transition médicale et administrative améliore l’accès des personnes trans à l’emploi, leurs relations avec leurs proches et, de manière générale, leurs conditions matérielles d’existence. Comment dès-lors penser que les données mises à disposition sont à la hauteur des enjeux soulevés par les discriminations institutionnelles rencontrées par les communautés ?

Cet exemple pour montrer que les enjeux de la mise à disposition des données sur les personnes trans sont complexes et multiples. Les divergences d’intérêt entre communautés et enquêteurs-rices posent question : était-il dans l’intérêt du gouvernement du Royaume-Uni, par exemple, de permettre de mesurer l’impact nécessairement délétère sur les conditions de vie des personnes trans de dizaines d’années de coupes budgétaires dans la santé publique ? La maîtrise, par les enquêteurs-rices, de la façon dont les données sont mises à disposition, est un enjeu méconnu mais vital de la (re)mise à disposition des données sur les trans pour les trans.


Traduction du graphique :

Graphique traduit en français sur le sentiment de bien-être des personnes trans en fonction de leur genre.
Graphique en français, traduction personnelle.